The Tempest au Globe Theatre – juin 2013

Mon année Erasmus en Angleterre arrive à son terme. Mais pas question de rentrer en France sans avoir fait une dernière virée à Londres ! A cette occasion, j’en ai profité pour aller voir une pièce de théâtre au Globe Theatre, chose que j’avais envie de faire depuis longtemps.

Le Globe Theatre est construit pour la premier fois en 1599, sur la rive sud de la Tamise. Il est célèbre car de nombreuses pièces de William Shakespeare y ont été jouées (c’est d’ailleurs pour cela qu’on le surnomme le Shakespeare’s Theatre). Ce premier théâtre brule en 1613, pendant une représentation d’Henry VIII.  Il est immédiatement reconstruit, mais en 1642, comme tous les autres théâtres, les puritains le font fermer, et il sera détruit deux ans plus tard.

Le théâtre actuel date de 1996. Il a été construit d’après les plans élisabéthains du théâtre original, et en utilisant les méthodes de construction de l’époque. Aller voir une pièce au Globe, c’est donc plonger dans le passé. Comme à l’époque, le théâtre est à ciel ouvert : les galeries sont couvertes, mais pas la fosse. Et comme à l’époque, les spectateurs de la fosse ont les billets les moins chers, mais doivent rester debout pendant la pièce.

La programmation actuelle du Globe ne compte pas uniquement des pièces de Shakespeare, mais si, comme moi, c’est une pièce de Shakespeare que vous allez voir, vous allez découvrir du théâtre « à l’ancienne » : costumes élisabéthains, décors assez minimaliste, et surtout, il y a une véritable interaction des comédiens avec le public !

Pour moi, voir une pièce de Shakespeare DANS le théâtre de Shakespeare, c’était donc un must-do. Je suis donc allée voir The Tempest (La Tempête). La Tempête raconte l’histoire de Prospero, qui était le duc de Milan avant d’avoir été déchu de son titre et exilé par son frère et par le roi de Naples. Prospero se retrouve donc sur une île déserte avec sa fille, Miranda. Mais Prospero n’est pas sans ressource : grâce à la magie, il peut contrôler les esprits, comme Ariel, un esprit de l’air. La pièce commence par le naufrage, causé par Prosepro, du navire du roi de Naples. Grâce à sa magie, Prospero va faire subir diverses épreuves aux passagers du navire échoués sur l’île, avant de se réconcilier avec son frère et le roi, et de renoncer à sa magie.

  

Alors, que dire de cette première pièce au Globe Theatre? C’est très simple, j’ai adoré. Je crois bien que je me suis prise au jeu dès les premières secondes, lorsque les musiciens/troubadours sont entrés sur scène.

J’avais pris la précaution de lire la pièce avant de venir, de peur de ne pas comprendre une fois sur place. Il s’avère que c’était une bonne idée. L’anglais élisabéthain, c’est pas forcément simple au premier abord, surtout lorsque les acteurs parlent vite! Du coup, connaissant l’histoire, j’ai pu pleinement me consacrer sur la pièce et sur la performance des acteurs. Je les ai tous trouvé très bons et totalement crédibles, mais trois comédiens m’ont totalement bluffée.

Roger Allam (Prospero) le premier. Il est absolument formidable : dès qu’il entre sur scène, il prend possession de la scène. Je l’ai trouvé majestueux. Et puis, on sent que ce n’est pas le premier venu!

Ensuite, je décerne une mention spéciale à James Garnon, qui incarne Caliban. Déjà, parce que ce n’est pas facile de passer une pièce à marcher accroupi! Mais surtout, parce que, durant toute la durée de la pièce, il EST Caliban. Il est tellement dans son rôle qu’il a traumatisé un groupe de jeunes filles placées devant la scène, bien au milieu : chaque fois qu’il s’approchait d’elles, elles reculaient de trois pas.

Et enfin, je tiens à dire un petit mot sur Colin Morgan (ne soyons pas hypocrite, sa présence est une des raisons qui m’ont poussée à aller voir la pièce). Pour faire court : si j’avais encore des doutes auparavant, il est maintenant impossible de douter de ses capacités. Colin Morgan est définitivement un acteur à suivre! Le rôle d’Ariel lui permet de nous montrer l’étendue de son talent, en jouant tour à tour un Ariel dévoué et obéissant face à Prospero, majestueux et menaçant en harpie, ou encore assez taquin (et là je pense à l’union de Miranda et Ferdinand). Et puis, il a un rôle assez physique : il fait des cabrioles, escaladent les murs, s’accroche un peu partout,… Seul bémol : au niveau du chant, sa performance est un peu faible.

Bref, je suis entièrement sous le charme, je n’ai pas vu le temps passer, et je compte bien retourner au Globe si l’occasion se présente !

Voir une pièce au Globe Theatre :

Site internet : http://www.shakespearesglobe.com/

Adresse : 21 New Globe Walk, Bankside, Londres

Bon à savoir :

– si vous êtes dans la fosse, n’oubliez pas que le théâtre est à ciel ouvert, et que la représentation n’est pas annulée s’il pleut. Donc pensez à prendre un k-way!
– encore une fois, si vous êtes dans la fosse, profitez de l’entracte pour vous assoir, mais essayez de ne pas sortir : vous aurez du mal à récupérer votre place.
– dernier conseil pour ceux qui veulent être dans la fosse : commencez à faire la queue tôt. Les premiers arrivés sont les premiers à entrer, et donc à choisir où ils veulent se mettre. Pour ceux qui achètent des places assises, pas de problème : elles sont numérotées.
– on peut boire et manger dans le théâtre, et on peut aussi apparemment louer des couvertures si vous avez froid

Personnellement, je vous conseille vraiment de prendre une place dans la fosse, et d’arriver tôt, afin d’être au plus près de la scène. Moi même, j’ai commencé à faire la queue une heure avant le début de la représentation. Je me suis donc retrouvée tout devant, accoudée à la scène, et légèrement sur la gauche, au niveau des escaliers. Une place triplement appréciée! Déjà, parce qu’en étant tout devant, pas de problème de vision! Ensuite, les escaliers permettent de s’appuyer contre et de soulager un peu ses pieds (trois heures debout, c’est quand même long!). Et finalement, les acteurs empruntent de temps en temps les escaliers pour monter ou descendre de scène. Et puis, les acteurs ont quand même plus d’interactions avec le public dans la fosse, et utilisent d’ailleurs ce public. Et ça, c’est franchement extra!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s